#Généathème 05/2021 « Histoires de remariages » épisode 1 : René MONDON

Le #Généathème de mai 2021 proposé par Généatech porte sur les histoires de remariages.

Comme mon précédent article, il m’a fallu un peu d’aide pour retrouver parmi les 3178 unions recensées dans mon arbre, quels étaient les individus (8547 collatéraux inclus) qui s’étaient mariés le plus de fois … Ancestrologie possède un générateur de requêtes SQL qui m’aurait bien dépanné si j’avais su m’en servir et j’avoue que les utilisateurs d’Heredis ont été bien aidés par leur communauté… un petit brin d’envie quand même 🙂

Qu’à cela ne tienne, 2 à 3 recherches sur le net et j’ai découvert l’outil VisuGED qui permet, entres autres choses, de sortir un état des unions multiples au format pdf. Toujours mieux que de parcourir son arbre au petit bonheur la chance.

L’analyse avec VisuGED a fait apparaitre 4 individus totalisant 4 mariages :
1) Péronne CABOTSE °~1669 à Dunkerque (59). Collatérale, sœur de Charles CABOTSE (sosa 2194).
2) René MONDON, °30/12/1673 à Migné (36). Collatéral, demi-frère de Georges SALé (sosa 2492) et époux en 4èmes noces de Margueritte PIRONNET (sosa 2469). Objet de cet article.
3) Marie ROINGEARD, °~1708. Sosa 1011 et épouse en 2èmes noces de Claude YVONNET (sosa 1010). Ça se passe dans l’Indre et Loire, du côté de Vitray et Loché sur Indrois.
4) SEGUINET / GUINET Marie (sosa 2599) qui a eu la bonne idée d’épouser en secondes noces DOUBLET Jean mon sosa 2598 et en 4èmes noces TIXIER Simon mon sosa 2596, et ce, dans le Berry du côté d’Issoudun.

On remarquera au passage que ce sont 3 femmes et 1 homme qui détiennent la palme du nombre de mariage.
Ouf ! la parité est respectée !

Pour cet article, j’ai choisi de rester dans la continuité de l’article précédent qui causait d’implexe et sur l’ascendance de mon AGM MOTTEAU Florentine.
Pour mieux visualiser les protagonistes de cet article, j’ai repris l’outil Ancestors de Learnforeverlearn (on ne change pas une équipe qui gagne) en partant du GP maternel de Florentine : BERLINGAULT Jean-Baptiste (°28/10/1844 à Rosnay, +23/07/1906 à Migné).

Ascendance de Jean-Baptiste BERLINGAULT

René MONDON est un collatéral, j’ai fait apparaître son demi-frère Georges SALé. Leur mère étant Margueritte ESTEVENIN.

Margueritte ESTEVENIN (sosa 4985) épouse Jean SALé le 01/02/1649 à Migné. De cette union naîtrons 6 enfants :
– Estienne, °21/10/1654
– Renée, °30/01/1657 +15/10/1657
– Jean, °07/08/1658 +27/07/1661
– Renée, °06/11/1661
Georges, °07/08/1664 +25/10/1710
– Silvin, °07/09/1667
Je n’ai pas trouvé de naissance d’enfants entre 1649 et 1654 … Margueritte était elle trop jeune pour enfanter ?

Ensuite, elle épouse Mathurin MONDON le 17/06/1670 à Migné où elle mettra au monde pas moins de 6 enfants :
– Jean, °06/03/1671
René, °30/12/1673 +13/09/1747
– Jeanne, °19/10/1676 +30/10/1676
– Margueritte, °19/10/1676 +03/11/1676
– Madeleine, °12/12/1677
– Marie, °07/04/1681

Je n’ai pas trouvé beaucoup plus d’informations sur Margueritte ESTEVENIN. Au moins 4 de ses 12 enfants décèderont en bas âge.

Nous en arrivons donc à René MONDON, l’objet de toutes les attentions de cet article.

Acte 1 :
René, alors âgé de 23 ans, épouse Jeanne PETIT (°<01/10/1671, +13/01/1704) le 23/10/1696 à Migné. Jeanne mettra au monde 4 enfants (Estienne °1697 +1744, Magdeleine °1699, François °1700 +1776 et Silvin °30/10/1703 +10/02/1705) et décèdera le 12/01/1704 probablement des suites de son dernier enfantement.

Inhumation de Jeanne PETIT le 13/01/1704

Acte 2 :
René se retrouve à 31 ans veuf avec 4 enfants. Il se remarie assez rapidement le 21/04/1704 à Migné avec Anne DURANDEAU âgée de 28 ans (°11/06/1676) mais ce mariage sera de courte durée puisque Anne décède 10 mois plus tard le 24/02/1705 sans descendance. Ce mois de Février aura dû être terrible pour René qui perd son dernier enfant Silvin et sa seconde épouse à 13 jours d’intervalle.

Inhumation de Anne DURANDEAU le 25/02/1705

Acte 3 :
Le 15/06/1705, René épouse Léonarde DUSCEAU, elle même veuve de Jean DURANDEAU pour lequel je n’ai pas trouvé à l’acte de décès. Il semble aussi qu’il n’y ai pas eu de descendance ni pour le couple DURANDEAU/DUSCEAU ni pour le couple MONDON/DUSCEAU. Léonarde décède avant 1718.

Acte 4 :
Le 28/02/1718, René a 45 ans lorsqu’il épouse en quatrième et dernières noces Marguerite PIRONNET (°23/05/1675 St Michel en Brenne, + 25/02/1734 Migné), elle même veuve de Louis PIED (°03/02/1764, +<28/02/1718), respectivement mes sosas 2468 et 2469 qui auront eu de leur côté pas moins de 8 enfants.

Inhumation de Margueritte PIRONNET le 24/02/1734

Acte 5 – Fin
René s’éteindra le 13/09/1747 à Migné (36) et sera inhumé le 14/09/1747 en présence de son fils François et de son gendre Léonard COTTERON, époux de Magdeleine.

Inhumation de René MONDON le 14/09/1747 à Migné – sources AD 36 cote AC03

J’espère que ce second article du blog Racines & Rameaux vous aura plu.
Pour ma part, il m’aura permis de corriger quelques coquilles et de trouver encore une bonne raison de faire autre chose que de travailler sur mes branches directes avec l’union de Léonard COTTERON et Magdeleine MONDON qui se sont unis probablement vers 1713 à Migné … (merci encore une fois à bdgen16/Geneanet).

Une réflexion au sujet de « #Généathème 05/2021 « Histoires de remariages » épisode 1 : René MONDON »

  1. Ping : #Généathème 05/2021 « Histoires de remariages » épisode 3 : Marie ROINGEARD – Racines et Rameaux

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s