Archives du mot-clé Bridoré

#SOSA 2022 : Jean ROINGEARD

Comme il est de tradition d’écrire un article sur le sosa de l’année qui débute alors je me plie à l’exercice pour vous présenter mon Sosa 2022.

1 Moi
3 Ma mère
7 Ma grand-mère
15 POIRIER Fernande Gabrielle
31 HENRY Armantine Léontine (voir l’article)
63 GAUTIER Marie Joséphine
126 GAULTIER Gilles
252 GAULTIER Pierre
505 YVONNET Jeanne
1011 ROINGEARD Marie (voir l’article)
2022 ROINGEARD Jean

Bon c’est vrai que vous avez déjà plus ou moins fait connaissance avec mes sosas 15 / 31 et 63 suite aux articles de la fin d’année dernière : l’affaire Pierre HENRY, époux de Marie Joséphine GAUTIER, et les enfants de Pierre HENRY dont Armantine Léontine HENRY.

C’est vrai aussi que vous connaissez mon sosa 1011 grâce au généathème de mai 2021 : Marie ROINGEARD et ses 4 mariages.

Et pour finir, je vous ai emmené en juin 2021 dans une enquête pour découvrir mon sosa 32356, Jehan JARRY, avec un beau diagramme à la clé.

Vous allez encore me dire « sacré famille » ? Eh bien vous avez un tout petit peu raison et je vous laisse découvrir mon sosa 2022 : Jean ROINGEARD.

Jean ROINGEARD nait le 13 mai 1675 en la paroisse de Loché-sur-Indrois au lieu-dit La Claye. Il est le fruit de l’union, le 19 juin 1673 dans la même paroisse, de Michel ROINGEARD (°~1645 †1707) et Jeanne MAILLé (°~1660 †1691).
Il est le second enfant d’une fratrie (issue de son père) de 14 enfants.

source AD37 – cote 6NUM6/133/102 (BMS 1675) – pg 9-10/25

Le lundy treise may au midy […]
a este baptise Jean fils de Michel Roingeard sergetier (ou drappier ?) demeurant à la
Claye et Jeanne son espouse Le parrain Jean Gourre
Laboureur demeurant à la Claye Sa Maraine Francoise
Boureau fille de Jean Bourreau et de Anne Deroches lesquels
me declare ne savoir signer aussy signe en la minute
Rene Delaunay cure de loches

Source Géoportail – Carte de Cassini – Loché sur Indrois

Sa mère, Jeanne MAILLé, décède le 13 novembre 1691 à Loché sur Indrois après avoir mis au monde Jeanne le 04 novembre qui ne vit que 6 jours, 8ème et dernier enfant du couple.
Son père, Michel, convole en secondes noces avec Silvine PENIN le 11 août 1693 à Bridoré / St Martin de Cercay où il s’établit et aura cinq autres enfants nés entre 1695 et 1706.

Il est fort probable que Jean ROINGEARD, 18 ans, n’ait pas suivi son père à Bridoré en 1693 et soit resté domestique (ou autre) à Loché-sur-Indrois puisqu’il s’y marie le 10 juillet 1702 avec Marie ROBIN, originaire de Châtillon-sur-Indre, fille d’Estienne et BOUSSETEAU Gillette. Il a 27 ans et elle seulement 14 ans !

AD 37 – Loché sur Indrois / St Barthélémy – cote 6NUM6/221/043 – pg 45/46

Ce mariage ne donnera pas de fruits et l’on trouve l’inhumation de Marie ROBIN le 08 février 1705 en la paroisse Saint Sulpice de Coulangé à 6 km au Nord de Loché où le travail a dû les amener.

Le 26 mai 1705 à Coulangé, Jean ROINGEARD épouse Marie BAUDOIN (sosa 2023, rendez-vous dans un an), fille † d’Estienne et Andrée BOILEAU.

AD37 – Villeloin-Coulangé St Sulpice – cote 6NUM6/277/019 – pg 4/13

Naissent deux enfants de cette union :
– Marie ROINGEARD, mon sosa 1011, née le 03/04/1706 à Villeloin-Coulangé / St Sulpice (37) et décédée le 24/08/1771 à Saint-Hippolyte / Vitray (37).
– Julien ROINGEARD, né le 21/10/1708 à Bridoré / Oizay (37) et décédé 1 mois plus tard le 20/11/1708 dans la même paroisse.

Jean est finalement redescendu en 1707-1708 à Bridoré, là où avait élu domicile son père, Michel, quelques 15 années plus tôt.

Ce mariage ne durera finalement pas longtemps. Je n’ai pas trouvé à ce jour l’acte d’inhumation de Marie BAUDOIN et tout ce que je puis dire c’est que le décès se situe entre le 21/10/1708 (naissance du petit Julien) et le 10 septembre 1711 (remariage de son époux).

Le 10 septembre 1711, Jean a 36 ans, il glisse l’alliance à sa troisième épouse Marie JOUSSEAU / JOUSEAU à Fléré la Rivière (36) et s’installent à Bridoré.

Ndlr : j’avoue que l’acte ci-dessous ne fait pas rêver mais c’est encore lisible. Par contre, je déplore l’absence ou la disparition des réglages de contraste qui existaient il me semble il y a quelques temps … De même, certains généalogistes et associations ont lu le patronyme POUVREAU là où il me semble déchiffrer JOUSEAU (à son décès en 1739 on lit bien JOUSSEAU). Si vous avez un avis, ce sera le bienvenu 😉

AD36 – Fléré la Rivière – cote 3E074/01 – pg 154/178

Trois enfants naissent à Bridoré :
– Julien (°03/10/1712), il épouse Renée RIMBAULT le 01/02/1740 à Fléré-la-Rivière et décède le 19/08/1741 à Bridoré, tout juste le temps d’avoir une enfant Marie (°24/01/1741 à Fléré)
– Elisabeth (°15/12/1714), elle épouse Gilles FORTIN le 15/09/1733 à Saint-Hippolyte. Ils auront 6 enfants entre 1734 et 1754 tous nés aussi à Bridoré sauf le dernier né à Fléré.
– François (°02/02/1718), il épouse Anne L’HERMITTE le 24/11/1740 à Saint-Hippolyte. Ils n’ont pas eu d’enfants à priori. Je sais de lui qu’il a été meunier grâce à l’acte d’inhumation de son épouse (†21/02/1782 à Vitray) et qu’il est décédé entre le 27/11/1759 (présent au mariage de son neveu Claude YVONNET) et le 06/11/1770, inhumation de son beau-frère Jean L’HERMITTE où Anne est dite « veuve ROINGEARD ».

Entre 1718 et 1724, Jean et sa femme déménagent pour s’installer à Saint-Hippolyte où deux autres enfants voient le jour.
– Jean (°09/11/1724, †10/11/1724)
– Suzanne (°25/10/1725, †09/02/1732 même lieu)

Entre 1732 et 1739, Jean revient habiter Bridoré où vit sa fille Elisabeth et son mari Jean FORTIN. En 1733, il est dit fermier et en 1739, il est laboureur.

Marie JOUSEAU, sa femme, décède le 12 février 1739 après 28 ans de vie commune.

Jean ROINGEARD la rejoint dans sa dernière demeure le 02 juin 1742 à Bridoré où sont présents ses enfants (Marie, Elisabeth et François) et beaux-enfants (Gilles FORTIN et RAINBAULT Renée veuve de Julien).

AD37 – Bridoré / Oizay – cote 6NUM6/039/027 – pg 2/5

Mon sosa 2022, Jean ROINGEARD aura vécu dans quatre paroisses différentes. Marié trois fois, il enterrera ses trois épouses et quatre de ses sept enfants.

Chemin de Vie de Jean ROINGEARD 1675-1742

En rédigeant cet article, je vois qu’il me reste quelques épines généalogiques.
La première sera mon sosa 2023 et donc une des trois épouses de Jean ROINGEARD, Marie BAUDOIN, pour laquelle je n’ai ni acte de baptême ni acte d’inhumation mais pour ce dernier j’ai au moins une période de 3 années entre 1708 et 1711. Allez ! il me reste un an pour trouver 🙂
La seconde concerne François, le fils de Jean ROINGEARD & Marie JOUSSEAU, pour lequel je n’ai pas encore trouvé l’acte d’inhumation; tout ce que je sais à ce jour c’est qu’il se situe entre novembre 1759 et novembre 1770.
La troisième est le métier de son père, Michel. Est-il sergettier ou drappier en 1675 ? J’ai cru lire sergettier sur l’acte de baptême ci-dessus mais j’ai un doute car en 1674 au baptême de son neveu il est écrit très clairement « drappier ». Si vous avez des idées pour lever ce doute …

En tout cas, merci pour votre lecture.