Les Affaires dans l’ Affaire (épisode 1) : Pierre HENRY

Il y a environ trois ans, muni des copies des livrets de famille relatifs aux deux mariages de mon AGP Louis Auguste CHESNEAU (sosa 14) et généreusement transmis par une grande cousine, j’entrepris de remonter « un tout petit peu » la branche de sa seconde épouse Fernande Gabrielle POIRIER, accessoirement mon sosa 15.
Cette recherche, largement facilitée par un arbre déposé sur Geneanet et dont les informations se révélèrent toutes justes malgré l’absence de sources, me fit remonter assez vite à mon sosa 124, le dénommé Pierre HENRY né à Montlouis-sur-Loire le 15 janvier 1833, marié à Marie Joséphine GAULTIER le 02 juin 1857 (même commune) et décédé le 28 janvier 1885 … aux Iles du Salut en Guyane !

Fallait pas s’appeler Madame Irma pour en conclure qu’un os était tombé dans le potage et que l’aïeul n’était pas un enfant de cœur.
Je laissais là cette première découverte sans remonter plus loin cette ascendance pour y revenir quelques deux années plus tard pour en savoir un peu plus sur les raisons de cet envoi au bagne …

Et ça tombe plutôt bien car en ce mois d’Octobre 2021 le Généathème de la communauté Geneatech propose une causerie sur « Vos ancêtres et la Justice »; de plus, une descente aux AD de l’Indre-et-Loire à Tours, cet été, m’a permis d’étoffer la partie judiciaire de l’affaire « Henry » et d’en découvrir d’autres …

Je vous invite donc à partager mes découvertes que je ne pourrais pas synthétiser en un seul article tellement il y a à raconter. Allez, GO !

A l’est de Tours, à quelques 12 km sur la rive gauche de la Loire, Montlouis-sur-Loire est un bourg d’environ 2232 âmes au recensement de 1881, une population stable depuis un siècle. La famille HENRY y est installée au moins depuis 1773, date où s’arrête aujourd’hui mes recherches et correspondant au mariage de l’AGP de Pierre HENRY.

Montlouis-sur-Loire et ses environs, carte de Cassini, source Géoportail

Pierre HENRY est le fils de Pierre HENRY (° 21 avril 1807 et † 15 mai 1879), maréchal-ferrant originaire de Montlouis-sur-Loire, et de Silvine MEUNIER (° 11 mars 1797 et † 24 novembre 1865), originaire de La Ville aux Dames, où ils se marient le 20 septembre 1828.

Pierre HENRY naît le 15 janvier 1833 à La Ville aux Dames, village de la Bredivière; il est le deuxième enfant et seul fils d’une fratrie de quatre :
Silvine HENRY, ° 14 mars 1830 à La Ville aux Dames ( † non trouvée). Mariée à Edouard MICHAUD, originaire de Châtillon sur Sèvre (79), le 05 juin 1849. Ils n’auront qu’un fils qui entrera au grand séminaire à Poitiers (dispensé de conscription en 1871 sur la liste de Châtillon sur Sèvre).
Julie HENRY, ° 10 août 1835 à Tours et † 23 mars 1898 à Montlouis. Mariée à Etienne BOUCHER, originaire de Bourgueil (37), le 09 juillet 1856. Ils auront trois fils : Etienne °1856, Georges °1860 et Jules °1864.
Marie HENRY, ° 10 septembre 1838 à Montlouis et † 24 décembre 1864. Fille mère de Marie-Sylvine HENRY (° 20 octobre 1863, † 21 septembre 1864).

Pierre HENRY exerce le métier de charcutier lorsqu’il s’unit le 02 juin 1857 à Montlouis-sur-Loire avec Marie Joséphine GAULTIER (°15 janvier 1831), elle-même cuisinière à Montlouis et originaire d’Epeigné les Bois (37).
Les parents de Marie Joséphine, Gilles GAULTIER et Elizabeth RENAULT, quant à eux, demeurent en 1857 à Saint-Georges dans le Loir-et-Cher (41) entre Chenonceaux et Montrichard, à une trentaine de kilomètres au sud-est de Montlouis en descendant Le Cher.

De la Ville aux Dames à Epeigné les Bois, carte de Cassini, source Géoportail

De cette union HENRY – GAULTIER, naitront 9 enfants :

  1. Marie Pâquerette (° 03/04/1858 et † 18/01/1934 à Montlouis). Gagiste, elle épouse Pierre Louis GASTé, maçon de son état, le 18/09/1876 à Montlouis. Ils auront 11 enfants.
  2. Joséphine Julie (° 03/12/1859 Montlouis, † 19/12/1923 Tours). Domestique à partir de 1874 puis cuisinière au moment de son union avec Pierre GUILLORIT le 25/10/1879 à Montlouis. Je ne leur connait qu’une fille Jeanne Louise Georgette (° 11/03/1894).
  3. Alphonsine Adrienne (° 25/01/1861 et † 06/03/1864 à Montlouis).
  4. Désirée Marie (° 12/09/1863 Montlouis, † 10/07/1924 St Pierre des Corps). Elle épouse en 1ères noces, le 04/02/1885 à Tours, Jean DOUSSOT (° 14/06/1857, † 15/09/1896), journalier et natif de Corancy dans la Nièvre où leurs 2 enfants verront aussi le jour en 1886 et 1887. Le 11/10/1897 à Tours, Désirée a 36 ans et après un an de veuvage elle s’unit à Julien Abel MAUVENU, terrassier né au Blanc le 24/07/1872. Je ne leur connais pas de descendance. Désirée fait partie de « l’aventure judiciaire » mais j’en dis pas plus.
  5. Pierre Isidore (° 15/03/1865 Montlouis, † 14/08/1917 Bourgueil). Je ne lui connais ni épouse, ni enfants. Néanmoins il y aura toujours à raconter sur son sujet et son rapport à la justice …
  6. Armantine Léontine (° 19/08/1866 Montlouis, † 07/08/1933 Tours). Elle est mon sosa 31. Elle épouse François POIRIER (cordonnier, sosa 30) le 12/12/1887 à Tours. Ils auront 3 enfants : Armand François (°1889 †1894), Fernande Gabrielle (°25/07/1894 Tours, † ???, sosa 15) et Emile Ludovic (°1896, † 1929). Le point commun de ce couple est aussi la justice car tous les deux auront eu maille à partir avec cette dernière.
  7. Lucien Pierre (° 08/01/1869 Montlouis, † 24/04/1901 St Laurent du Maroni). Je ne lui connais pas de descendance mais on notera que Saint Laurent du Maroni ce n’est plus vraiment en Touraine … La justice aura opté pour le bagne !
  8. Louis François (° 02/04/1871 et † 03/10/1872 à Montlouis).
  9. Louise Antoinette (° 13/01/1873 Montlouis, † 10/05/1958 Monts). Elle épouse François Marie ROUSSEAU à Tours le 11/10/1897. De cette union naitront à Monts, Antoinette en 1895 et Albert en 1899. Elle sera forcément mêlée aux déboires judiciaires de son père.

Pierre HENRY, de charcutier en 1857, deviendra Marchand de porcs en 1859 puis Tourneur sur bois à partir de 1863.

Marie Joséphine GAULTIER décède le 28 novembre 1873 à Montlouis dans le quartier du Rocher. Sept de ses neuf enfants lui survivront; en 1873, son ainée Marie Pâquerette n’a que 15 ans et sa petite dernière Louise Antoinette n’a que 10 mois.
Il est possible que sa disparition, à l’âge de 42 ans seulement, ait plongé son mari et ses enfants dans un tourbillon infernal qui les mènera quasiment tous à côtoyer de très près la justice au moins une fois dans leur vie sauf peut-être Marie Pâquerette et Joséphine Julie.

C’est donc ce que je propose de conter à présent dans une série d’articles. J’ai choisi d’amener ces histoires de la même manière que je les ai découvertes et il me reste à ce jour encore quelques recherches à effectuer qui clôtureront cette « saga ».

Alors bien-sûr, je ferais des sauts de puces en avant et en arrière selon les articles et les individus concernés, j’espère néanmoins ne pas perdre mon/ma lecteur/lectrice au passage.

Alors Pierre HENRY ?
Que test-il donc arrivé en 1882 pour finir au bagne en Guyane ?

3 réflexions au sujet de « Les Affaires dans l’ Affaire (épisode 1) : Pierre HENRY »

  1. Ping : Les enfants de Pierre HENRY (6) : Armantine Léontine | Précieuses Radicules

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s